• envie de partager …

Les précautions à prendre pour travailler dans le froid

Sous +5°C de température extérieure, travailler réclame un certain nombre de précautions comme le rappelle l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) qui précise que les risques ne se limitent pas à l’hypothermie mais concernent également les glissades, les gelures, la fatigue accrue ou encore les assoupissements.

Effets néfastes du froid

A l’instar de la canicule, le froid perturbe le travail et occasionne une perte d’efficacité. Les risques habituels lorsque la température passe sous les + 5°C sont alors :

  • fatigue accrue et assoupissements plus fréquents ;
  • perte de la dextérité manuelle liée à l’engourdissement et à l’anesthésie des doigts ;
  • crampes, glissades et autres accidents responsables de fractures–(considérées comme des accidents du travail).

De plus, le vent va accentuer les effets néfastes du froid. En cas de froid intense, l’hypothermie (baisse de la température interne) est toujours possible lorsque le corps n’arrive plus à réguler la température interne.

Seule la prévention permet de limiter les risques. En tout premier lieu, il faut diminuer la durée de l’exposition au froid (limitation du temps de travail à l’extérieur) et faire des pauses régulièrement lorsque la température est franchement négative.

Vêtements protecteurs

Côté équipement, on recommande l’utilisation de vêtements de travail spécifiquement adaptés au froid, en multipliant les couches de vêtements qui vont piéger la chaleur provenant du corps. Il faut également éviter les textiles qui favorisent la sudation.

La tête et le cou doivent être particulièrement couverts car ils sont une source de déperdition calorique importante. L’usage de gants doit être systématique lorsque la température est inférieure à –16°C, de même que le réchauffage des mains toutes les 10 minutes avec un appareil de chauffage.

Enfin, l’utilisation de chauffages d’appoint par rayonnement infrarouges est recommandé en cas de froid intense.

Alimentation adaptée

L’alimentation doit comporter des apports conséquents en féculents (riz, pâtes, pommes de terre…), des collations fréquentes et des boissons et soupes chaudes. L’alcool, qui accélère la déperdition calorique en favorisant la dilatation des vaisseaux, doit être évité. Pour travailler au froid, il faut être en bonne condition physique et mobiliser fréquemment ses membres pour activer les muscles.

Pour en savoir plus :

Site de l’INRS
Site du Ministère du travail, de l’emploi et de la santé
Site canadien de la commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST)